A tous les sans…

 

 

Combien de temps encore,
Ce pays si beau du dehors,
Négligera tous les corps,
Tous ses enfants issus…d’Afrique du nord.

Combien d’espoirs quand vient le soir,
De regarder en face nos couleurs « mémoire »,
Sans confondre droits et probatoire,
Pour nos gosses…d’Afrique noir.

Combien de jours à patienter,
Sans essayer de bouleverser,
Des pensées trop acérées,
Méprisantes envers…les enfants d’immigrés.

Combien de générations à connaitre,
Pour qu’enfin, nous puissions être,
Une nation à reconnaître,
Fier de ses fils, de ses filles…qu’elle à vue naitre.

Combien de pleurs à consoler,
Recueil d’un mépris exacerbé,
Enfants de terres colonisées,
N’ont qu’un seul rêves…être acceptés.

J’attends l’instant sans désespoir,
De connaître celui qui osera croire,
Qu’une nation en quête de gloire,
Ne rayonnera qu’en…bravant son histoire.

A tous les sans, tous les exilés,
À la recherche de bout d’papier,
Promesse contre votre honnêteté,
Vous donner la clef…la dignité.

Jérôme Lassout